Conseils sur le stress thermique chez les poules pondeuses

Egg

Dans cet article, l'équipe technique de Zucami présente des conseils pour aider nos clients à maintenir leurs volailles dans un confort thermique, cela permettra de maintenir les niveaux de production, la taille des oeufs et la qualité de la coquille dans un état optimal.


Le stress thermique chez les poules pondeuses a un impact majeur sur la productivité et la mortalité des volailles et constitue l’une des principales causes de pertes économiques pour de nombreuses entreprises du secteur de la ponte de volailles.


Les poules ont une température corporelle d’environ 40-41°C, qu’elles maintiennent grâce à leur capacité de thermorégulation.

Dans la zone thermoneutre zone – fourchette de température dans laquelle les volailles peuvent perdre de la chaleur par des mécanismes de base tels que le rayonnement, la convection et la conduction- il n’y a pas de stress thermique et la température reste constante.

La proportion de chaleur perdue par rayonnement, convection et conduction dépend de la différence de température entre la volaille et son environnement. 

Si les limites de la zone thermoneutre sont dépassées, la température du corps augmente et le phénomène de stress thermique commence. À ce stade, la volaille a recours à la perte de chaleur par évaporation, un mécanisme qui lui permet de lutter contre cette situation en haletant.

Tableau 1. Méthodes de perte de chaleur sensible et latente. Anderson, K. 1997

Lorsque la température corporelle de la volaille augmente, la consommation d’aliments, la croissance, l’efficacité alimentaire, la viabilité et la qualité de la coquille des oeufs diminuent.

Lorsque la température corporelle de la volaille augmente, la consommation d’aliments, la croissance, l’efficacité alimentaire, la viabilité et la qualité de la coquille des oeufs diminuent. Ce phénomène est particulièrement grave lorsque la température ambiante augmente fortement, car la possibilité de perdre de la chaleur par des moyens non évaporatifs (perte de chaleur à travers la peau) est fortement réduite. 

  Zone thermique neutre. C’est la plage de température dans laquelle les volailles n’ont pas besoin de modifier leur métabolisme pour maintenir leur température corporelle.

  Fourchette idéale de température.

  Il est possible qu’une légère réduction de la consommation d’aliments survienne mais si l’apport en nutriments est adéquat, l’efficacité de la production est bonne. La taille des oeufs peut être réduite et la qualité de la coquille peut être affectée lorsque la température s’approche de la limite supérieure de cette fourchette

  La consommation alimentaire est encore réduite. Les
gains de poids sont moindres. La taille des oeufs et la qualité de la coquille se détériorent. La production d’oeufs en pâtit généralement. Les procédures de refroidissement doivent être lancées avant que cette plage de température ne soit atteinte.

  La consommation alimentaire continue de baisser. Les
poules pondeuses risquent de provoquer une prostration due à la chaleur, en particulier les plus lourdes et celles qui sont au pic de leur production. À ces températures, des procédures de refroidissement doivent être mises en oeuvre.

  La prostration thermique est probable. Des mesures d’urgence peuvent être nécessaires. La production et la consommation d’oeufs sont fortement réduites. La consommation d’eau est très élevée.

  Des mesures d’urgence sont nécessaires pour refroidir les volailles. La survie est le facteur qui devrait compter à ces températures.

Température ambiante binomiale VS l’humidité relative.

La température effective est obtenue en combinantla température et de l’humidité relative de l’air.. En fonction de la combinaison de ces paramètres, la situation de stress thermique peut être atteinte. Une augmentation de l’humidité de l’air, quelle que soit la température, accroît l’inconfort des volailles et le stress dû à la chaleur.

Les producteurs doivent surveiller attentivement la température et l’humidité dans leurs installations. 

Principaux signes des volailles affectées par le stress thermique.

Dans un premier temps, il est fréquent que les volailles, lorsqu’elles tentent de retrouver leur équilibre thermique, modifient leur comportement, ce qui peut être observé : 

Volailles aux ailes déployées 

Avachies sur le sol 

Lenteur, léthargie 

Stupeur, titubation, convulsions terminales 

Excréments très humides 

Augmentation de la consommation d’eau 

Diminution de la consommation d’aliments 

Les volailles vont commencer par haleter lentement et vont finir par haleter très rapidement 

Le sang est détourné des organes internes vers la peau, ce qui assombrit la couleur de la peau 

Convulsions terminales 

Augmentation de la mortalité

  Qualité de la coquille et stress thermique.

Les poules pondeuses affectées par le stress thermique pondent des oeufs dont la coquille est très fine en raison du déséquilibre acido-basique dans le sang, ce qui les amène à haleter 

Lorsque les volailles hyperventilent pour perdre leur chaleur corporelle,une perte excessive de CO2 se produit dans les poumons et le sang. La diminution du CO2 dans le sang entraîne une augmentation du pH du sang, qui devient plus alcalin. Cet état est connu sous le nom d’alcalose respiratoire.

L’augmentation du pH sanguin réduit l’activité de l’enzyme anhydrase carbonique, ce qui entraîne une réduction des ions calcium et carbonate transférés du sang vers la glande coquille (utérus). L’augmentation du calcium dans le régime alimentaire ne résoudra pas ce problème.

La diminution de l’apport en calcium est un autre facteur contribuant à l’amincissement des coquilles d’oeuf par la diminution de l’apport alimentaire et l’augmentation de la perte de phosphore.

  Mesures de prévention du stress thermique chez les volailles.

Les effets du stress thermique peuvent être atténués par la mise en oeuvre d’un plan global. La stratégie doit comprendre un plan de biosécurité complet, un plan de gestion de la ventilation et de l’eau en termes de qualité et de température, et enfin un plan d’alimentation et de nutrition correctes. 

Toutes ces mesures sont plus efficaces du point de vue de la prévention il est très difficile de contrôler les problèmes de stress thermique une fois qu’ils ont été déclenchés et les pertes économiques peuvent avoir un impact majeur sur l’exploitation.

Dans la production avicole actuelle, le stress thermique est un problème majeur qui entraîne d’importantes pertes économiques. Il faut donc s’efforcer d’empêcher les conditions environnementales de favoriser ces situations de stress thermique et mettre en place des mesures de gestion, des mesures nutritionnelles ou une combinaison des deux. 


    S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER !

    Informations de base sur la protection des données. Contrôleur des données : Zucami Poultry Equipment, S.L.U. Objectif: Permettre la communication avec les parties prenantes et l'information sur les produits et les services. Traiter les demandes de renseignements par l'intermédiaire de ce canal. Droits: l'accès, la rectification, la suppression. Pour plus d'informations Politique de confidentialité

    CONTENU ASSOCIÉ

    PLUS D'INFORMATIONS


      Informations de base sur la protection des données. Contrôleur des données : Zucami Poultry Equipment, S.L.U. Objectif: Permettre la communication avec les parties prenantes et l'information sur les produits et les services. Traiter les demandes de renseignements par l'intermédiaire de ce canal. Droits: l'accès, la rectification, la suppression. Pour plus d'informations Politique de confidentialité